cz en fr
L'Ange d'Or L'Ange d'Or L'Ange d'Or
140
L'Ange d'Or
Prague
accomplissement 1999–2000
investisseur ING Real Estate
entrepreneur général PSJ holding
architecte Ateliér 8000, Architectures Jean Nouvel
type de construction fourniture complète de l'enveloppe extérieure, façade trame, structures en cadre, parements extérieurs, structures pare-feu, systèmes d'occultation, systèmes d'accès, structures atypiques
type de bâtiment commercial, administratif
volume du projet du revêtement de façade 6–7,9 mil. €

Le bâtiment du centre administratif et commercial Zlatý Anděl (l’Ange d’or) à Prague-Smíchov, conçu par le bureau d’architecture de l’architecte français Jean Nouvel, est devenu l’un des bâtiments pragois les plus connus de ces dix dernières années. Le vaste complexe d’objets est formellement divisé en six parties. Le caractère exceptionnel du bâtiment du centre Zlatý Anděl ne consiste pas dans son organisation intérieure, mais avant tout dans la conception de ses façades sur lesquelles le portrait d’un ange, les lignes de poésie ou encore les images des nuages flottants attirent l’attention. Et c’est justement la totalité des façades du centre Zlatý Anděl qui constitue l’ouvrage de Sipral.

La solution technique des façades correspond au caractère des objets particuliers. Sur les bâtiments A1, A2 et B1, les structures vitrées continuent en bandes horizontales où alternent les remplissages fixes et les ouvrants. Le système de menuiserie Hartmann SYSTHERM 72 avec les vantaux invisibles des fenêtres est mis en œuvre ainsi que des profilés extrudés sur commande spécifique pour ce projet. Les remplissages opaques entre les vitrages sont constitués de panneaux opaques isolants dans la menuiserie en cadres. Les autres parties opaques des façades sont en parement avancé d’isolation thermique, la combinaison ventilée de lames et de tôles en trapèze laminées est caractérisée par une haute précision. Les écarts du gros œuvre devaient donc être entièrement pris en compte déjà au moment des études du projet des façades, car le parement combiné n’était pas capable de reprendre ces tolérances et la moindre inexactitude aurait eu une incidence importante sur sa composition. La dominante du complexe entier est le bâtiment B2 de huit étages, d’un plan complexe, qui se dresse au dessus du carrefour Anděl et qui est devenu l’icône caractérisant cette nouvelle partie du quartier de Smíchov. La réalisation de sa façade a été encore plus difficile que sur les autres objets à cause de la combinaison des spécifications: la forme inhabituelle de l’enveloppe, les performances des vitrages et l’aspect du portrait de l’ange. Pour cette façade, on a utilisé le système de façade trame Schüco SK 60V avec les capots extérieurs verticaux et horizontaux. Etant donné la forme complexe de la connexion à l’interface de la surface cylindrique coupée en bas de l’angle et de la façade nord, où naissent les vitrages gauchis  en forme des paraboloïdes hyperboliques, il était nécessaire de projeter l’enveloppe de la façade en modélisation 3D. En collaboration avec le fabricant spécialisé en vitrages, on a réussi à développer une solution unique de bombage des doubles vitrages dans la forme voulue, copiant la surface gauchie. Etant donné les préconisations  relatives à l’exactitude maximale pendant la mise en place de l’ossature et des vitrages, il était nécessaire de faire un relèvement géométrique de chaque point d’ancrage et de travailler, au cours de la fabrication des menuiseries, avec les tolérances d’angle de la coupe en biais de 0,1°.

Les œuvres graphiques des nuages, des textes de poèmes et de l’ange ont un effet essentiel sur l’aspect des façades et donc du complexe entier. On a travaillé simultanément sur le développement de cinq technologies différentes pour la réalisation des graphiques qui étaient présentées sur les prototypes des parties de façades. L’angle des rayons du soleil ayant une grande influence sur l’aspect des graphiques, les prototypes étaient installés dans la position finale et revus de points différents pour savoir s’ils répondent aux spécifications techniques et aux idées de l’architecte. La technologie approuvée a été développée par la société Signgraphics, pour qui l’entreprise 3M Tchéquie fournissait des films couleurs spéciaux autocollants avec une garantie décennale sur la durabilité et la tenue des couleurs. Leur technologie répondait au mieux aux exigences de garantie, d’aspect, de prix et de la possibilité éventuelle des réparations, elle permettait d’être utilisée sur les tôles et sur les vitrages, sans avoir d’effet sur la transparence et le bien-être des personnes à l’intérieur. En bref, le procédé de fabrication des graphiques de grande surface était le suivant : d’abord, les projets graphiques étaient transformés en demi-teintes et calepinés par points d’un diamètre de 2 à 5 mm à l’aide de logiciels spécialisés, ensuite ces points étaient découpés sur les plotters de découpe et collés sur les vitrages. Seulement à l’échelle de la façade, les points de dimensions différentes ont créé l’image voulue. La quantité totale de points ainsi préparés pour les objets de Zlatý Anděl est proche de 150 millions.

Des exigences extraordinaires étaient imposées par le client au sujet des performances thermiques et techniques des vitrages. Sur toutes les façades (à part les façades donnant directement sur le nord) la spécification du coefficient de transmission thermique était définie de manière suivante : k = 1,4 W/m2K, la transmission lumineuse LT entre 40 et 50 % et le facteur solaire SF max. 0,25. Ces performances avaient un effet essentiel sur l’aspect final du graphique. Deux types de vitrages, de deux fabricants différents, ont été mis en œuvre sur le projet : Neutral 54/27 du fabricant Luxguard pour les vitrages plats, et K Glass du fabricant Pilkington, pour les vitrages bombés. En considération de l’application du graphique, de la solution technique ou des revendications de sécurité, les deux types de vitrage se trouvent sur les façades en compositions différentes.

Grâce à l’application du graphique, la palette des vitrages et des matériaux de revêtement utilisés, et grâce à la quantité des opérations et manœuvres précédant au montage même, chaque élément de revêtement ou de vitrage de l’enveloppe se transformait en une pièce originale unique. Pour illustrer le niveau de difficulté de la réalisation de l’ouvrage de Zlatý Anděl, mentionnons pour l’exemple, l’objet d’angle B2 pour lequel il fallait préparer l’ingénierie, fabriquer, transporter et positionner correctement 1013 pièces de vitrages dont chacune portait un code unique et dont les déplacements étaient suivis à travers l’internet. On peut dire que la réalisation de l’enveloppe de Zlatý Anděl oscillait sur la limite des possibilités techniques contemporaines. Non seulement au niveau du projet d’architecte, mais aussi au niveau de la réalisation réussie de la solution originale de l’application du graphique sur les façades et de l’utilisation des vitrages gauchis, Zlatý Anděl a sa place incontestable parmi les projets exceptionnels comparables au top mondial.